Drag
Nos maisons

Nos prestations

Je visite
  • Portraits

Sarah Altaras, content strategist freelance !

Peux-tu nous présenter ton activité en quelques mots ?

J’ai une entreprise de conseil de communication éditoriale. C’est une activité qui comporte 3 volets :

  • Concevoir des stratégies de communication digitales pour les entreprises,
  • Imaginer des opérations de communication et rédiger des textes cohérents avec les stratégies définies en amont (conception-rédaction),
  • Former les équipes de mes clients pour les rendre autonomes sur la création de contenus

En quoi consiste ton travail au quotidien ?

Il n’y a pas vraiment de journée type. Déjà parce que j’ai plusieurs clients différents, mais surtout car je suis amenée à faire des tâches très variées. Actuellement par exemple, j’élabore la stratégie Instagram d’une entreprise de Sportswear. Je peux faire de l’écriture d’articles ou même de l’écriture de voix off pour des vidéos.

Et au-delà de ça, il y a un aspect démarchage et administratif auquel je ne peux pas couper. Je ne trouve pas mes journées répétitives, c’est sûr. J’ai toujours des tâches différentes avec des rencontres et des sujets différents !

Quels sont tes futurs projets ou tes projets actuels ? 

Là, je viens de finaliser mon portfolio. Il m’a pris beaucoup de temps et je suis vraiment dans une optique de le diffuser et de me faire connaître pour obtenir de nouveaux contrats. Il contient un manifeste qui résume ma philosophie de travail et bien-sûr mes réalisations. 2021 commence d’ailleurs sur les chapeaux de roues : plusieurs missions intéressantes m’attendent au premier trimestre.

Comment devient-on content strategist ?  Quel est ton parcours ?

Sur le métier en lui-même, c’est par un cheminement d’expériences dans le domaine éditorial. Je me suis rendu compte que mon cœur de métier m’intéressait énormément et que j’étais épanouie dans ces fonctions-là ; mais que le format “salariat” ne correspondait pas à ma personnalité. Je suis quelqu’un de très autonome, très entreprenante. Il y a parfois des aspects un peu étouffants dans le statut de salarié, c’est quelque chose qui ne me convient pas : c’est comme ça que je suis devenue freelance.

Cela fait maintenant 10 ans que je fais ce métier. Je suis diplômée de Science-Po avec une spécialisation “médias et communication”. Mon premier job n’avait rien avoir avec ce cursus : je travaillais dans l’organisation de concerts et festivals.

C’était super transversal, à la fois de la production, de la recherche de partenariats ou de sponsors. Il y avait tout un volet communication donc je m’occupais également, je me suis alors rendu compte que ce qui m’intéressait le plus était d’écrire et de mettre en valeur les événements dont je m’occupais. Ça m’a permis de comprendre que ce que j’aimais faire, c’était d’écrire.

Plus jeune, quel était ton métier de rêve ? 

Je voulais être vétérinaire !

Qu’est-ce qui t’as le plus séduit chez LMDC ?

J’avais  besoin de côtoyer d’autres indépendants. Pas forcément de travailler sur les mêmes projets, mais j’apprécie l’émulation dans l’air : tout le monde est à fond sur son travail et cherche à développer son business. Il s’en dégage une énergie hyper stimulante.

Quelle est ta maison ? Que peux-tu en dire ?

Je suis à la maison de Levallois. C’est un superbe espace. Je m’intéresse beaucoup à l’architecture et au design. Je trouve que l’environnement de travail est un critère très important. Ce qui saute aux yeux, c’est que l’endroit est vraiment beau et décoré avec soin. On se sent un peu comme dans un cocon. Le café est super bon et c’est un endroit où je serai fière d’emmener mes clients ! Ça te crédibilise d’être dans un coworking canon comme ça. Et surtout, il est très bien situé.