Auto-entreprise : les changements en 2018

Auto-entreprise : les changements en 2018

Auto-entreprise : les changements en 2018

25 % des Français actifs se disent prêts à tenter l’aventure de la création d’entreprise. Le pourcentage monte même à 46 % chez les 18-24 ans (source start.lesechos.fr). Créé en 2008, le statut auto-entrepreneur propose à la fois une gestion administrative simplifiée pour les travailleurs désireux de se lancer en solo. Ce statut permet aussi aux salariés de créer et/ou déclarer un complément de revenu. En effet, le nombre d’entrepreneurs ne cesse de croître depuis quelques années. La législation s’adapte donc à ces changements.

Des débuts difficiles

Le statut a été beaucoup critiqué et a connu de nombreux remaniements. En 2011, les taux ont été augmentés et les auto-entrepreneurs paient aujourd’hui la Contribution à la formation professionnelle, la Cotisation foncière des entreprises et la taxe pour les frais de chambre de commerce ou de métiers.
Ses détracteurs reprochent à ce statut de favoriser une précarité des travailleurs et de surtout profiter aux entreprises. Les entreprises qui, en employant des auto-entrepreneurs n’ont pas à se soucier de contrat de travail, de respect des horaires, de versement d’intéressement ou de participation, etc.

Macron aime les entrepreneurs ! (Et l’auto-entreprise…)

Nouvelle présidence, nouvelle donne ! Face à un monde du travail qui évolue et conscient du désir grandissant des Français d’entreprendre, le gouvernement Macron apporte une nouvelle solidité voire légitimité au statut d’auto-entrepreneur.
Depuis le 1 er janvier 2018, le plafond de chiffres d’affaires a été doublé. Il est passé à 70 000 € pour les prestations intellectuelles, de services et artisanales, et à 170 000 € pour les activités commerciales et d’hébergement.
De plus, la protection sociale des travailleurs indépendants a changé. Jusqu’ici affiliés au RSI (Régime social des indépendants), elle est désormais confiée au régime général qui leur assurera la même qualité de protection qu’aux salariés. Tout en tenant compte de leur spécificité. La mutation s’effectuera de façon progressive.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.